BEAUDOIN, Assurances & Services Financiers

Chroniques




Les avantages d'un REÉR autogéré
1- Contrôle et souplesse de vos placements :

L'un des plus grands avantages des REÉR autogéré est bien sûr le contrôle que vous aurez sur vos investissements. Vous pourrez investir les avoirs de votre REÉR autogéré à l'intérieur de la plupart des types de placements qui sont disponibles. Il sera plus facile également de gérer et de maximiser le contenu étranger de votre REÉR.

2- Vous bénéficierez des conseils d'un spécialiste en placements :

3- Consolidation de vos placements :

Vous pourrez diversifier l'ensemble de vos placements en utilisant plusieurs catégories de placement tel que fonds mutuels, CPG etc..

4- Relevés consolidés :

Vous recevrez un relevé énumérant la liste de tous vos placements à leur valeur marchande ainsi que beaucoup d'autres informations. D'un coup d'oeil rapide, vous aurez une vue d'ensemble de la croissance de votre REÉR.

5- Reçu pour vos cotisations REÉR consolidés :

Même si votre cotisation REÉR est investie dans plusieurs catégories ou compagnies différentes, vous recevrez un seul reçu pour le total de votre cotisation.


Ai-je besoin de l'assurance contre le risque de maladie grave?
Les faits sont là. Un Canadien sur trois contractera une maladie qui modifiera le cours de sa vie.

Peu de gens sont prêts à affronter le fardeau financier qu'entraîne une maladie grave : convalescence, soins de santé à domicile, réduction ou perte de revenu, garde des enfants, équipement médical ou rénovations pour adapter la maison… les dépenses peuvent être substantielles.

L'assurance contre le risque de maladie grave peut vous protéger des charges financières qui pourraient modifier votre niveau de vie après le diagnostic d'une maladie grave.

L'assurance, prévoit le versement d'une indemnité si l'assuré survit à l'une des maladies graves stipulées dans la police. Elle offre le maximum de flexibilité, étant donné que l'assuré est libre d'utiliser l'indemnité en somme forfaitaire, à sa guise, en cas de diagnostic d'une maladie grave assurée. Soulignons qu'aucune approbation n'est requise pour les dépenses, qu'aucun reçu ne doit être produit et que les fonds peuvent servir à autre chose qu'à régler les frais médicaux.

L'assuré peut disposer de la somme forfaitaire comme bon lui semble. Les fonds peuvent être affectés aux dépenses liées aux traitements reçus sous forme de médecine non conventionnelle ou à l'étranger, aux soins de santé à domicile ou à la garde des enfants. L'assuré décide de la façon dont il (ou elle) doit utiliser son argent!

L'assurance contre le risque de maladie grave ne couvre que les affections stipulées dans la police.

En général, elle garantit le versement d'une indemnité en somme forfaitaire si la personne assurée survit pendant 30 jours après le diagnostic de l'une des maladies graves assurées.

Liste de maladie couverte (La liste peut varier selon les compagnies d'assurances)

Crise cardiaque, cancer, perte de membres, greffe d'un organe majeur, AVC, cécité, coma, sclérose en plaques, surdité, brûlures graves, maladie de Parkinson, perte de la parole, insuffisance rénale, pontage aortocoronarien, maladie du motoneurone (SLA), paralysie, maladie d'Alzheimer.


En quoi consiste un REÉÉ? (Régime enregistré d'épargne-études)
Comme les frais pour les études post-secondaires sont de plus en plus élevés, un REÉÉ est le placement tout indiqué pour accumuler des sommes d’argent intéressantes, tout en bénéficiant de la subvention fédéral et provincial.

Un régime enregistré d’épargne-études ou REÉÉ, comme il est couramment appelé, est un instrument d’épargne en vue des études postsecondaires assortis d’un report d’impôt grâce auquel le gouvernement fédéral et provincial permet à un souscripteur d’épargner de l’argent pour les études post-secondaires d’un bénéficiaire généralement un enfant.

Le revenu de placement provenant des cotisations n’est pas imposé s’il demeure dans le régime, mais il est ajouté au revenu du bénéficiaire avec la Subvention canadienne pour l’épargne-études (SCEEE) et le Bon d’études canadien (BEC) s’il est retiré du régime. Les cotisations retirées du régime ne sont pas imposables.

Le gouvernement fédéral offre une subvention correspondant à 20 % de la première tranche de 2 500 $ de cotisations versées au nom d’un bénéficiaire chaque année, jusqu’à concurrence de 500 $. Un bénéficiaire commence à accumuler des droits à la SCEE à sa naissance jusqu’à la fin de l’année civile au cours de laquelle il atteint l’âge de 15 ans. Afin de pouvoir être admissible à l’âge de 16 et 17 ans, le bénéficiaire doit remplir au moins l’une des deux conditions suivantes, conformément à la règle de 16 et 17 ans de RHDCC :

1. 100 $ ou plus de cotisations annuelles doivent avoir été versées au cours de quatre années (et non retirées) avant la fin de l’année civile au cours de laquelle le bénéficiaire atteint l’âge de 15 ans.

2. 2 000 $ ou plus de cotisations doivent avoir été versées (et non retirées) avant la fin de l’année civile au cours de laquelle le bénéficiaire atteint l’âge de 15 ans.

Si la règle de 16 et 17 ans est respectée, le bénéficiaire sera admissible à la SCEE jusqu’à la fin de l’année civile au cours de laquelle il atteint l’âge de 17 ans.

Incitatif québécois à l’épargne-études (IQEE)

Montant de base

Un REEE peut recevoir, pour une année, une somme correspondant à 10 % des cotisations nettes versées dans l’année, jusqu’à concurrence de 250 $ en fonction des premiers 2 500 $ de cotisations nettes. De plus, depuis 2008, un montant de droits accumulés pendant les années précédentes peut s’ajouter au montant de base, jusqu’à concurrence de 250 $ par année.

P.S. : D’autres subventions sont également disponibles. Veuillez nous contacter pour plus d’informations.


Que feriez-vous si votre revenu ne vous était plus versé?
D'où vous viendrait l'argent pour que vous puissiez continuer à payer vos dépenses?

Votre entreprise pourrait-elle survivre advenant votre invalidité ou celle d'un associé ou d'un employé?

L'assurance invalidité a été conçue pour assurer votre sécurité financière lorsque vous devenez invalide et ne pouvez travailler ou toucher un revenu à cause d'un accident ou d'une maladie.

L'assurance invalidité remplacera une partie de votre revenu si vous ne pouvez travailler à la suite d'une blessure ou d'une maladie. Les dispositions relatives aux versements et aux périodes d'indemnisation varient d'une police à l'autre. L'admissibilité à des versements d'indemnité d'invalidité dépend également de votre capacité ou incapacité de remplir les fonctions de votre propre occupation, d'accomplir les tâches d'un emploi dans votre domaine ou de tout autre emploi.

Une police d'assurance vie prend fin, en général, au moment du paiement d'une somme forfaitaire. Quant à l'assurance invalidité, les indemnités sont presque toujours versées sur une base mensuelle tant que vous demeurez invalide. Vous continuerez de bénéficier d'une protection d'assurance après votre rétablissement. Vous pourrez, de nouveau, être admissible à des versements d'indemnité d'invalidité si vous redevenez invalide ou que votre invalidité soit attribuable à l'invalidité précédente.

Pourquoi ai-je besoin d'une assurance invalidité?

La plupart des gens ne sont pas au courant des statistiques alarmantes qui se rapportent à l'invalidité. Souvent, ils souscrivent une police d'assurance vie pour protéger leurs familles en cas de décès.

En fait, il y a plus de chances qu'une personne devienne invalide dans une année donnée qu'elle ne décède. Vous courez au moins huit fois plus de risques de souffrir d'une invalidité pendant au moins 90 jours par rapport aux probabilités de décès (jusqu'à l'âge de 37 ans). Alors que le décès est inévitable, une invalidité est plus probable à n'importe quel âge.


Le CELI peut-il être intéressant pour moi?
La polyvalence du CELI

Investisseur en quête de souplesse

Johanne, âgée de 40 ans, a deux enfants. Bien qu’elle gagne assez pour mettre de l’argent de côté chaque année, elle hésite à placer son argent à long terme au cas où elle devrait faire face à des dépenses imprévues (rénovations résidentielles, réparations d’automobile etc.). Johanne veut pouvoir accéder facilement à son argent, mais elle désire aussi quand même avoir une exposition au marché et un meilleur taux de rendement. Comme le REER convient mieux aux placements à long terme, Johanne devra plutôt décider entre le CELI et un placement non enregistré. Autrement dit, le choix serait entre un placement imposable et un placement non imposable. Étant donné le vaste choix de placements disponibles dans le CELI, et comme le revenu de placement tiré du CELI est exempt d’impôt, le CELI constituerait vraisemblablement la meilleure option. Au fur et à mesure que son CELI appréciera au fil des ans, Johanne pourra utiliser une partie des fonds pour cotiser à son REER si elle le désire.

Afin de faciliter l’intégration à son budget, elle décide de cotiser un montant fixe mensuellement. C'est ce que beaucoup appellent « se payer en premier ». Il vous suffit d'établir un programme de prélèvements automatiques. Votre compte sera débité mensuellement et l'argent sera investi dans un ou plusieurs fonds de placement. Vous serez étonné de la vitesse à laquelle votre bas de laine se remplira.

Une gestion facile

Pour la plupart des épargnants, investir tous les mois dans un CELI est la façon la plus facile de maximiser leurs cotisations. Après tout, il semble plus simple d'économiser 417 $ par mois que de cotiser une somme de 5 000 $ une fois par an. Et si votre revenu change, vous pouvez simplement ajuster vos cotisations mensuelles en conséquence.

Vous pouvez vous retrouver avec davantage d'argent

Les cotisations mensuelles font fructifier plus d'argent, plus rapidement que les cotisations annuelles. Vous pouvez débuter avec un montant de 50,00$ par mois. Des études ont démontré que les investissements mensuels peuvent être plus avantageux car votre argent rapporte toute l'année et vous achetez plus de parts lorsque le prix est bas.